Compte de Pierre de Châtillon (Petrus de Castellione), bailli de la Terre de Bâgé et de Coligny, châtelain de Bourg-en-Bresse, pour la châtellenie de Bourg-en-Bresse, du lundi 1er septembre 1292 au mercredi 15 avril 1293

France, Archives DĂ©partementales de la CĂ´te-d'Or, cote B7082 - 4

Pour citer ce document:

Christian Guilleré, Frédéric Chartrain et Alain Kersuzan, avec la collaboration de Nils Mantilleri, Jean-Michel Poisson, et Marianne Ronot, Compte de Pierre de Châtillon (Petrus de Castellione), bailli de la Terre de Bâgé et de Coligny, châtelain de Bourg-en-Bresse, pour la châtellenie de Bourg-en-Bresse, du lundi 1er septembre 1292 au mercredi 15 avril 1293, Lyon - Chambéry, 2011 (Documents comptables des Etats de Savoie, XIIIe - XVe s.)

Afficher / masquer les images   Afficher / masquer la table des rubriques   Afficher ligne par ligne Voir l'analyse du rouleau

(1) La peau a été numérotée 3 par le crayon d’un archiviste moderne, comme si l’on avait exclu du calcul le compte du prieuré de Treffort, peau 3. Par ailleurs, il n’y a pas ici de numérotation médiévale décroissante en chiffres romains. Compotus[sic] (2) On lit toujours ici compotus pour computus, lorsque la deuxième syllabe du mot est écrite en toutes lettres. domini Petri de Castellione ballivi terre Baugiaci et Colungniaci[sic] (3) On utilise ici les deux formes Colungniacum et Colugniacum. et castellani de Burgo a prima die mensis septembris anno nonagesimo secundo usque ad diem mercurii quintam decimam diem intrantis aprilis anno nonagesimo tercio(4) On lit ici tercio, presencia, tercie, tocius, negociis, remanencia, que l’on transcrit – selon la convention d’édition prescrivant l’usage général de la graphie classique – tertio, presentia, tertie, totius, negotiis, remanentia. Le rédacteur du compte écrit cependant munitione et, à l’inverse, gartio pour garcio. On conservera toutefois la forme Trefforcii, pour Treffortii, puisqu’il s’agit d’un toponyme. videlicet de septem mensibus quindecim diebus et est receptus aput[sic] (5) On lit toujours ici aput pour apud, lorsque la préposition est écrite en toutes lettres. Chamberiacum in presentia domini comitis et consilii sui

banna

idem reddit compotum

    [1]
  • de L solidis fortium receptis de garcione Perroneti de Douay pro banno furti pellium
  • [2]
  • de XX solidis receptis de Ponceto de Montagnie quia receptaverat quosdam malefactores in domo sua
  • [3]
  • de X solidis fortium receptis de Ruffo Montagnie pro eodem
  • [4]
  • de L solidis fortium receptis de quodam garcione extraneo pro banno furti
  • [5]
  • de XX solidis fortium receptis de Sadone pro banno sanguinis
  • [6]
  • de XXX solidis fortium receptis de Hugone Gabeti quia fregerat saisinam domini
  • [7]
  • de XXV solidis fortium receptis de fratre Destreti pro eodem
  • [8]
  • de XX solidis fortium receptis de Culliardo quia faciebat se familiarem domini et non erat
  • [9]
  • de XXX solidis fortium receptis de Culliardeto pro eodem
  • [10]
  • de XX solidis fortium receptis de dicto Testuto pro eodem
  • [11]
  • de XV solidis receptis de Ponceto de Tullia pro fractione saisine
  • [12]
  • de X solidis fortium receptis de Patardo de Tuel quia pignoraverat propria auctoritate
  • [13]
  • de X solidis receptis a quodam bergerio quia verberaverat quemdam alium
  • [14]
  • de XX solidis fortium receptis a dicto Moyne Folleti quia occuperat[sic] (6) Lire occupaverat. viam publicam(7) Le digramme bl paraĂ®t toujours ici Ă©crit ll. Comparer, par exemple, les b de publicam et bladum Ă  ceux de baculo et lombardo ou aux deux l de ballivi.
  • [15]
  • de XV solidis receptis a Guigone fratre suo pro eodem
  • [16]
  • de XX solidis fortium receptis de uxore Perroneti Milleti pro banno verborum iniuriosorum
  • [17]
  • de XX solidis receptis de uxore dicti Berteti pro eodem
  • [18]
  • de XV solidis receptis de filio Bernardi Charvini quia ibat per villam de nocte
  • [19]
  • de XX solidis fortium receptis de masnerio de Corgoneto quia occupaverat viam publicam
  • [20]
  • de XX solidis fortium receptis a Martino de Coriononeto pro eodem
  • [21]
  • de XV solidis fortium receptis a Rueto pro eodem de XXX solidis fortium receptis de Iohanne de L’Abergemant (8) On Ă©crit labergemant. quia acceperat terram alienam
  • [22]
  • de XV solidis receptis de filio Pescheti de Brou quia occupaverat viam publicam
  • [23]
  • de XLVI solidis receptis de Guillermo Belgarcon pro eodem
  • [24]
  • de XV solidis receptis de Guillermo de Montmort quia fregerat quemdam pontem
  • [25]
  • de X solidis fortium receptis de Iohanne Molleran pro fractione saisine
  • [26]
  • de X solidis fortium receptis de Humberto Nigri quia abstulerat pignus familie domini
  • [27]
  • de X solidis fortium receptis de Hugonino de Gesseron pro fractura saisine
  • [28]
  • de XXX solidis fortium receptis de Perronino de Rippis quia faciebat se familiarem domini et non erat
  • [29]
  • de XV solidis receptis de Hugone mugnerio de Cortefroy quia molebat bladum non ponderatum
  • [30]
  • de V solidis fortium receptis de filio Iohannis Durerii quia percussit quemdam de baculo
  • [31]
  • de X solidis fortium receptis de Stephano de Sancto Rolino quia collegit quemdam avil(9) On peut probablement rapprocher ce terme apparemment vernaculaire du latin alvus, " ruche ". apium auctoritate propria
  • [32]
  • de X solidis receptis de Bernardo de Mala Mart pro fractura saisine
  • [33]
  • de V solidis receptis de Aymoneto de Pogia quia cepit Perronetum Ennesia per chimiciam(10) On avait, semble-t-il, Ă©crit chimciam et l’on a corrigĂ© en ajoutant un petit i en exposant. iniuriose(11) On Ă©crit in iuriose.
  • [34]
  • de XV solidis fortium receptis de Guillermino Pougeti quia fecerat fossatum in via publica
  • [35]
  • de XX solidis receptis de Stephano Biffeti quia pignoraverat quemdam auctoritate propria
  • [36]
  • de LX solidis fortium receptis de quodam lombardo extraneo(12) L’épithète indique assez que le substantif lombardus dĂ©signe ici un Ă©tat et non une nation. quia deportaverat pedagium
  • [37]
  • summa : XXX IIII lb. V s. fort. — deductis sexaginta sexdecim solidis pro parte ipsius ballivi capientis in libra duos solidos

clame

idem reddit compotum

    [38]
  • de IIII libris X solidis fortium receptis de tringinta[sic] (13) On Ă©crit toujours ici vinginti et tringinta pour viginti et triginta. tribus clamis et capiuntur pro clama tres solidi fortium deductis octo solidis pro parte ballivi capientis in libra duos solidos
  • [39]
  • summa : IIII lb. X s. fort.(14) Le repentir du rĂ©dacteur manifeste son souci de mieux respecter la rĂ©glure du parchemin, dont il s’était sensiblement affranchi.

intragia

idem reddit compotum

    [40]
  • de X libris fortium receptis de Sybilia de Cort Mangon pro intragio tertie partis mansi Bosonis de Cort Mangon quondam albergati eidem pro dicto intragio et pro vinginti solidis fortium per annum anno quolibet in nativitate Domini
  • [41]
  • de XV solidis fortium receptis de Stephano Charpineys et de Guillone de Lent pro intragio garde
  • [42]
  • summa : X lb. XV s. fort.

    [43]
  • summa totius recepte : XLIX lb. X s. fort. de quibus

    [44]
  • in pluribus et diversis nunciis missis ad diversa loca pro negotiis domini(15) On avait d’abord Ă©crit domine, et la dernière lettre est raturĂ©e. et ballivie : VII libras XVI solidos I denarium
  • [45]
  • in stipendiis quatuor specularum missarum in Burgondiam et exploratorum — in stipendiis undecim clientum quos tenuit in munitione Ambroniaci per novem dies in septimana post carnisprivium novium[sic] (16) La terminaison est identique Ă  celle du mot prĂ©cĂ©dent. : VI libras III solidos IX denarios viannensium[sic] (17) On Ă©crit rĂ©gulièrement ici viannensis pour viennensis.
  • [46]
  • in stipendiis quatuor clientum quos(18) Il faut ici supplĂ©er tenuit. Le signe en forme de double accent aigu qui a Ă©tĂ© ajoutĂ© dans la marge gauche de cette ligne ne paraĂ®t pas signaler cette omission, et sa fonction reste sibylline. in bastita Portus donni Hugonis per quatuor dies : XX solidos viannensium
  • [47]
  • in expensis tringinta quinque clientum quos tenuit in munitione Ambroniaci per duos dies in septimana carnisprivii veteris ultra tringinta quinque quos ibi tenuerunt illi de Burgo in eadem septimana per tres dies : LXX solidos viannensium
  • [48]
  • in stipendiis Humberti de Chastellione quarti cum armis(19) C’est-Ă -dire " accompagnĂ© de trois autres hommes d’armes ". morantis in munitione Ambroniaci per quinque dies in septimana carnisprivii veteris : IIII libras viannensium
  • [49]
  • in expensis vinginti hominum cum armis aput Burgum per unam noctem quos mandaverat ad eundum versus Ambroniacum ad mandatum prepositi et donni Iohannis de Sancto Albano sed fuerunt demandati : IIII libras viannensium
  • [50]
  • in expensis vinginti quatuor hominum cum armis per unam diem et duas noctes exclusis quindecim hominibus cum armis qui erant castellani vel cum castellanis : VII libras IIII solidos — ibant versus Ambroniacum ut supra sed fuerunt demandati quando fuerunt aput Enz : nomina quorum in dorso continentur
  • [51]
  • in expensis decem hominum cum armis quos tenuit per unam diem aput Mont Mort ad insidiandum Lo Merlo quia datum erat ei intelligi quod debebat currere terram domini exclusis tribus castellanis — nomina quorum continentur in dorso : XL solidos
  • [52]
  • in expensis tringinta duorum hominum cum armis euntium quesitum Henricum de Ruppe qui detinebatur aput Loyes propter mortem dicti Merlo excluso uno castellano per unam diem et duas noctes — nomina quorum nominantur ut supra : IX libras XIII solidos viannensium
  • [53]
  • in stipendiis ipsius ballivi tenentis secum unum socium equitem et unum guaytam capientis per annum centum libras viannensium pro rata temporis : LXVI libras XIII solidos IIII denarios viannensium
  • [54]
  • summa : CXI lb. XIX s. II d. vian.

idem libravit

    [55]
  • in expensis duorum equorum Musiac de Marbo et filii prepositi de Colugniaco per litteras domini de mandato quas reddit datas die veneris ante festum omnium sanctorum anno nonagesimo secundo : LXXVIII solidos viannensium
  • [56]
  • summa librate : LXXVIII s. vian.
  • [57]
  • summa missionum et librate : C XV lb. XVII s. II d. vian.
  • [58]
  • et sic debentur ei campsis fortibus ad viannenses binos : XVI libras XVII solidos II denarios viannensium
  • [59]
  • quibus adduntur qui sibi debebantur de remanentia sui compoti precedentis : VIC XI libre VIII solidi IX denarii viannensium

    [60]
  • et sic debentur ei : VIC (20) On avait d’abord Ă©crit VC , mais on a transformĂ© un • en I. XXVIII lb. V s. XI d. vian.
  • [61]
  • de quibus deducuntur quos debebat de remanentia sui compoti prioratus Trefforcii : LXXVIII libre II solidos VII denarios viannensium
  • [62]
  • et sic debentur ei de claro : VC L libre III solidi IIII(21) On avait d’abord Ă©crit III. denarii viannensium
  • [63]
  • de quibus deducuntur quas finavit dominus in manu Iohannis Chabodi pro ipso domino Petro : VIIXX libre(22) Ce dernier article paraĂ®t ajoutĂ© de la mĂŞme main, mais d’une plume plus fine.



Notes

1 - La peau a été numérotée 3 par le crayon d’un archiviste moderne, comme si l’on avait exclu du calcul le compte du prieuré de Treffort, peau 3. Par ailleurs, il n’y a pas ici de numérotation médiévale décroissante en chiffres romains.
2 - On lit toujours ici compotus pour computus, lorsque la deuxième syllabe du mot est écrite en toutes lettres.
3 - On utilise ici les deux formes Colungniacum et Colugniacum.
4 - On lit ici tercio, presencia, tercie, tocius, negociis, remanencia, que l’on transcrit – selon la convention d’édition prescrivant l’usage général de la graphie classique – tertio, presentia, tertie, totius, negotiis, remanentia. Le rédacteur du compte écrit cependant munitione et, à l’inverse, gartio pour garcio. On conservera toutefois la forme Trefforcii, pour Treffortii, puisqu’il s’agit d’un toponyme.
5 - On lit toujours ici aput pour apud, lorsque la préposition est écrite en toutes lettres.
6 - Lire occupaverat.
7 - Le digramme bl paraît toujours ici écrit ll. Comparer, par exemple, les b de publicam et bladum à ceux de baculo et lombardo ou aux deux l de ballivi.
8 - On Ă©crit labergemant.
9 - On peut probablement rapprocher ce terme apparemment vernaculaire du latin alvus, " ruche ".
10 - On avait, semble-t-il, écrit chimciam et l’on a corrigé en ajoutant un petit i en exposant.
11 - On Ă©crit in iuriose.
12 - L’épithète indique assez que le substantif lombardus désigne ici un état et non une nation.
13 - On Ă©crit toujours ici vinginti et tringinta pour viginti et triginta.
14 - Le repentir du rédacteur manifeste son souci de mieux respecter la réglure du parchemin, dont il s’était sensiblement affranchi.
15 - On avait d’abord écrit domine, et la dernière lettre est raturée.
16 - La terminaison est identique à celle du mot précédent.
17 - On écrit régulièrement ici viannensis pour viennensis.
18 - Il faut ici suppléer tenuit. Le signe en forme de double accent aigu qui a été ajouté dans la marge gauche de cette ligne ne paraît pas signaler cette omission, et sa fonction reste sibylline.
19 - C’est-à-dire " accompagné de trois autres hommes d’armes ".
20 - On avait d’abord écrit VC , mais on a transformé un • en I.
21 - On avait d’abord écrit III.
22 - Ce dernier article paraît ajouté de la même main, mais d’une plume plus fine.